passage maternelle primaire

Comment préparer le passage de la maternelle à la primaire ?

À la fin du jardin d’enfants, les élèves disent adieu à la petite enfance et entrent à l’école primaire, où tout change. C’est une période compliquée et délicate pour les jeunes âgés de 4 à 6 ans. L’objectif fondamental de la dernière année de maternelle est d’accompagner progressivement l’enfant dans son passage, en faisant en sorte que cette période sensible soit axée sur l’apprentissage. Les élèves de l’école maternelle ont besoin d’une bonne dose de courage et de se détacher des bras de leurs parents, et les éducateurs de l’école maternelle exigent une quantité importante d’efforts qui impliquent de la bonne volonté et une attitude adaptable. Les éducateurs doivent s’efforcer de faire comprendre à l’enfant qu’il va entrer dans une phase où il rencontrera de véritables amis qui arrivent précisément avec l’école primaire, qui est un nouveau monde dans lequel il va interagir et commencer à être indépendant.

La différence entre le jardin d’enfants et l’école primaire n’est pas seulement que l’enfant va commencer à faire face à de nouvelles matières et à de nouveaux enseignants – en respectant les règles – mais, plus important encore, le comportement attendu en classe sera différent. Où l’enfant n’est plus libre de se déplacer dans la classe, mais doit se lever et demander la permission ; qui dans la classe doit écouter les enseignants et prêter attention, puis se taire ; et où les jeux laissent place à des tâches à accomplir en classe. Pour être prêts pour la nouvelle école, les enfants doivent d’abord apprendre les points suivants dans les mois précédant le début de la première année : – quand les autres parlent, on se tait, puis on répond ; – on s’assied à table pendant que les autres mangent. La dernière année de maternelle sera celle où les enfants devront apprendre à accepter et à aborder la nouvelle réalité qui les attend, avec le soutien de leurs parents à la maison et des éducateurs à l’école.

Découvrez  Trouver du temps pour soi lorsqu'on est parent

Au cours de l’année précédente, l’éducateur a dû  » distancer les modes de participation de  » et placer tous les enfants au même niveau, sans discrimination ; ceci parce que les éducateurs de l’école primaire sont plus froids et distants. Le retrait doit être progressif plutôt que brutal, car cela conduirait le jeune à se sentir abandonné. L’éducateur devra apprendre progressivement à l’enfant qu’à l’école, il devra faire certaines choses seul, comme aller aux toilettes, ou que la notion de partage n’est plus de mise, mais que certains objets sont autres et doivent être utilisés avec la permission ; sans cris de colère. L’instructeur doit également être attentif aux jeunes afin d’améliorer leur attention et leur curiosité pour les leçons de leurs futurs enseignants.

 

Pour piquer l’intérêt des enfants en dernière année de maternelle, les instructeurs peuvent leur apprendre les jours de la semaine, les chiffres, les couleurs, les animaux, et commencer par l’alphabet. Les enfants apprendront ainsi comment se comporter à l’école primaire. Il est essentiel de faire participer les jeunes sans exagérer ni les pousser à lire, mais plutôt en leur apprenant par le jeu que la disposition des lettres leur permet de saisir le contenu d’un bocal dont les ingrédients sont constitués de leurs gourmandises préférées.

Le dessin est une approche merveilleuse pour l’école primaire, car l’enfant essaie de représenter sur une feuille de papier ce qu’il perçoit comme un monde inconnu, et l’enseignant de maternelle peut « lire » le conte qui se trouve dans chaque représentation graphique avec expertise et intuition. Ainsi, des informations de base seraient suffisantes pour aider le nourrisson et éduquer son intellect.

Découvrez  Le monde de la parentalité positive

Le petit apprenant, qui est sans doute terrifié par ce paragraphe, devrait être satisfait en ce sens qu’il sert à lui rappeler qu’il est sur le point de s’engager dans une voie « adulte » avec de nouveaux devoirs et responsabilités. Apprendre à lire et à écrire sera pour lui une source de plaisir, mais aussi un devoir qu’il devra accepter avec dévouement et passion s’il veut mériter les éloges des nouveaux enseignants. Avant les vacances d’été, qui marqueront le passage de la maternelle à l’école primaire, les instructeurs commenceront à enseigner non seulement le nouveau monde éducatif, mais aussi la connaissance d’une perspective multiculturelle. Il faut enseigner le respect des enfants nés en Italie, des enfants d’immigrés ou d’étrangers, et la capacité de communiquer avec de nouveaux amis de manière naturelle et affectueuse.

Avec une pédagogie adéquate, l’enfant qui entre à l’école primaire ne devrait pas éprouver de malaise particulier, si ce n’est les premiers qui s’estompent à mesure que l’enfant apprend qu’il se trouve dans un cadre plus strict, mais toujours familier. D’éminents psychologues sont tout à fait sûrs que le fait d’entrer à l’école primaire en ayant reçu une éducation appropriée aide l’enfant à surmonter plus rapidement la crainte initiale d’un monde scolaire étranger.

Un éducateur avisé reconnaît que l’enfant est terrifié par la prochaine étape qu’il va franchir car, malgré sa petite taille, il est conscient des obstacles et des défis qu’il va rencontrer. La recommandation est d’écouter les difficultés et les insécurités de chaque élève avec beaucoup de naturel, en apprenant à interpréter les signaux inhérents à chaque enfant, qui peuvent s’exprimer de diverses manières, comme une anxiété non motivée ou une hyperactivité intense.

Découvrez  Pourquoi un séjour linguistique à l’étranger est-il plus efficace ?

L’écoute est cruciale, et il est préférable qu’elle se fasse en groupe et dans un cadre convivial, éventuellement en présence des parents, car ce sont eux qui devront suivre leurs enfants dans ce nouveau domaine. Il est recommandé de prévoir de petites séances auxquelles maman et papa peuvent également participer et discuter du premier jour d’école. Ce sont les parents, en effet, qui doivent accompagner l’enfant dans l’abandon du stade du jeu jusqu’au passage à l’autonomie, et c’est toujours eux qui doivent soutenir leurs enfants en les responsabilisant et en les élevant par de petites actions quotidiennes comme le respect des horaires, le soin du sac à dos, ou la sélection du matériel à apporter en classe.

Les éducateurs de l’école maternelle doivent développer l’estime de soi de leurs élèves sans donner de conseils, mais plutôt en utilisant de petites tactiques dont les enfants se souviendront lorsqu’ils feront preuve de malaise. Il est typique qu’un enfant qui adore son enseignant de maternelle soit terrifié par la séparation, car l’école primaire est un « terrain d’essai » où l’élève peut rencontrer des relations sociales beaucoup plus sophistiquées. L’acquisition de nouvelles normes de comportement est un processus par lequel chaque enfant doit passer, et bien que de nombreux enfants luttent pour rester « dans le rang », d’autres interagissent rapidement avec les autres parce qu’ils se souviennent exactement de ce que leur enseignant de maternelle leur a dit.